#19 + #21 (mix) – Chronic Deaseases

equipe

L’idée : Une application qui favorise l’observance, la prise du traitement pour les malades atteints de maladies chroniques, via le renforcement positif.

LéaEn gros, si le patient suit correctement le traîtement, il obtient une récompense ?

Frédéric (psychiatre à Strasbourg) – Oui, ou du moins, il peut voir où il se situe, comment il évolue. L’application comprendra une échelle qui représente la maladie et ses symptômes. L’idée étant de confronter là où le patient se situe à l’heure actuelle (en dépression, en état Mania, ou stable pour les patients bipolaires)  et là où il pense personnellement être, qui est parfois bien loin de la réalité. On lui pose des questions, et nous corrélons les réponses avec la prise du traitement. Si les réponses se rapprochent de l’état réel du patient, -détecté à partir de capteurs comme des podomètres, des tensiomètres-, on peut en conclure que son état s’améliore, qu’il arrive à obtenir une bonne perception de lui-même. En 4 mois, nous arriverons à observer une corrélation entre les patients qui ont correctement pris leur traitement, et qui se sentent réellement mieux.

Léa - Et cela créer des données en plus !

Frédéric – Oui, qui peuvent être très intéressantes à récupérer et à analyser par la suite.

Léa – Pour améliorer le traitement?

Frédéric – C’est cela. Mais aussi voir comment adapter les choses au mieux, comprendre ce qui pousse les patients à prendre leurs traitements. L’application ne concernera pas seulement les patients atteints de bipolarité, mais tous ceux atteints de maladies chroniques. Des modules seront alors différents en fonction de chaque maladie, en adaptant les capteurs, l’échelle, etc..

Léa – Mais il faut quand même que le patient accepte de se situer au travers de l’application ! Ce qui risque d’être tendu avec les bipolaires en état de crise..

Frédéric – Même si l’on observe des réticences : les patients arrêtent le traitement, ils savent que c’est pour leur bien. L’idée est d’optimiser la prise du traitement, d’éviter qu’il l’oublie et passe des jours, des semaines sans voir de différence sur leur état de santé mentale. Il y aura des alertes, des messages, des notifications, sans pour autant être invasif. Et peut-être même un contact direct avec le médecin.

Léa – Comme cela, il pourra suivre en temps réel, et voir si tout se passe bien.

Frédéric – Eugène a une puce implantée sous la peau. Couplée à un système de blister, qui quand le patient effectue le mouvement de sortir le médicament de son emballage (comme quoi il a pris son traitement), la puce s’active et envoie un signal au téléphone portable du patient, placé à proximité.

 

Renforcer l’observance du traitement est un enjeu principal de toutes les maladies chroniques, car les patients, à un moment ou à un autre, prendront forcément mal, ou pas leur médicament. Cela peut entraîner des aggravations, ou bien des rechutes.

Léa - Il faut les sensibiliser, qu’ils comprennent que c’est important pour eux de prendre leur médicament.

Frédéric – C’est ça. Faire l’éducation, et en même temps servir de rappel, soutenir, tout en essayant de trouver tous les leviers qui permettent d’améliorer l’observance.

 

equipe

 

 

- Meet the Team ! -

Olivier- Pharmacien industriel, en charge du digital     Florian - Préparateur en pharmacie    Renato - Médecin au CHU de Strasbourg     Eugene – Chef de projet

Katarzyna- Human behaviour technologies     Frederic - Psychiatre à Strasbourg     Oleksandre - Développeur     Nazar – Designer     Xavier – Community Pharmacien